Participation des petits amis des participantes de Super Go à la 4ème Session

This post is also available in English.

Super GO est un programme de communication pour le changement de comportement mis en œuvre par le centre des programmes de communication Johns Hopkins depuis 2009. Financé par l’USAID/PEPFAR, il est mis en œuvre depuis 2014 sur le projet HC3. Le programme vise à travers plusieurs thématiques à faire acquérir aux participantes dont l’âge varie entre 15 et 24 ans, des compétences de vie afin qu’elles puissent prendre les meilleures décisions à des moments critiques de leur vie.

Par exemple le programme sensibilise les jeunes filles sur les conséquences néfastes du multi partenariat sexuel, sur les dangers du sexe transactionnel et fait la promotion de l’utilisation du préservatif. Sur ce dernier point, lors de la 3ème réunion, les filles apprennent à travers des jeux de rôles à faire la négociation du port du préservatif. Pour ce faire il est demandé aux filles de faire venir leurs petits amis du moment à cette 3ème réunion pour faciliter les jeux de rôles d’une part et pour comprendre la nécessité de l’utilisation systématique du préservatif d’autre part.

Lorsque cette idée de faire participer les petits amis des filles a émergé, nous avions quelques appréhensions. Nous nous disions que les filles n’accepteraient pas de faire venir leurs petits amis à ces réunions pour plusieurs raisons. Il y avait également la peur que la présence de garçons lors de la réunion inhibe les filles et « tue » la participation. Enfin et surtout, nous nous disions que les garçons n’accepteraient pas de venir dans des assemblées de filles.

Malgré toutes ces appréhensions, l’idée a tout de même été proposée aux ONG qui font la mise en œuvre du programme. Les facilitatrices ont été sensibilisées sur la question et à la 2ème réunion, quand la familiarité commence à s’installer, elles proposent aux filles de faire venir leurs petits amis à la réunion suivante. A l’annonce de cette invitation que les filles trouvent insolite, cela suscite toujours une vive réaction chez elles et leurs arrache des fous rires. Dans un premier temps, elles pensent qu’il s’agit d’une blague, puis lorsque les facilitatrices insistent et expliquent le bien-fondé de la démarche, elles finissent par se rendre compte qu’il s’agit de quelque chose de sérieux. Certaines rejettent d’emblée l’idée, d’autres disent que leurs petits amis n’accepteront pas et d’autres promettent d’essayer. Mais finalement, il arrive souvent que certains petits amis viennent participer à cette 3ème réunion.

Il a été donné de constater que la présence des garçons, loin d’être un frein à la participation comme on le craignait, apporte une ambiance particulière à la réunion et suscite un vif intérêt de l’ensemble des participantes. Les garçons eux-mêmes finissent par se laisser prendre au jeu et apprennent beaucoup de choses, puisque leur avis est demandé après chaque jeu de rôle auquel ils participent. Même si l’approche n’est pas encore systématique et généralisée, nous pensons que cette initiative pourrait la CCSC en matière de lutte contre le VIH chez les jeunes. Cette expérience pourrait révolutionner en effet donner lieu à un nouveau programme qui prend en compte les couples chez les jeunes.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Comments? Please share ...